Publié dans BD

[BD] Alix Senator T.1 : les Aigles de Sang

Dans mon article sur la BD « Fables t.16 : La Grande Alliance  » (sur mon blog principal « La Mare d’Arsinoë la Crapaude« ), je t’ai parlé de l’opération « La BD fait son festival » organisée par Price Minister.

En second titre, grâce au parrainage d’une blogpote, j’ai choisi « Alix Senator « .

Cette BD, j’ai failli l’offrir à Monlolo pour Noël, mais je lui ai préféré la série « Les voies du Seigneur « , qui sont impénétrables, comme la vierge effarouchée que j’ai été les méandres du cerveau à tendance communiste – surtout l’hémisphère gauche – de Monlolo.

(je te jure)

Pourquoi voulais-je lui offrir ?

Car c’est bien simple, dans la bibliothèque, on a 22 tomes de la Série des « Alix », celle de Jacques Martin (non non, pas celui de l’Ecole des Fans comme je l’ai longtemps cru étant gamine…).

Perso, je n’ai jamais accroché au « Alix » original. Je trouvais ça trop austère, trop érudit, trop détaillé, trop bavard, écrit trop petit… En un mot comme en mille : chiant.

(la preuve)

IMG_4521[1]

Alors cette BD, je l’ai avant tout choisie pour Monlolo, afin de confronter nos points de vue. J’avais dans l’idée de pondre une critique à deux voix, celle d’un fan et celle d’une sceptique, mais voilà : Monlolo a paumé ses lunettes dans la semaine, et comme il est presse-bite presbyte, ben il arrive pas à lire car il n’a pas les bras télescopiques d’Inspecteur Gadget.

Alors pour cette fois, tu auras ma critique, et dans quelques temps, je lui laisserai la parole !

Donc, ce tome 1 de la nouvelle série « Alix Senator » inspirée de l’oeuvre originale de Jacques Martin, nommé « Les Aigles de Sang », signé Thierry Démarez au dessin et Valérie Mangin au scénario, nous conte les aventures d’Alix, mais à l’âge de 50 ans désormais, dans la Rome de l’an 12 avant J.-C.

« […] L’empereur Auguste est tout puissant. Alix […] est sénateur.

Alors que la paix semble enfin régner dans l’Empire, Aggripa, le gendre d’Auguste, est tué sauvagement par un aigle, l’oiseau de Jupiter ! Attentat politique ou malédiction divine, ce sera à Alix de découvrir ce qui se cache derrière cette mort mystérieuse. Avec l’aide de Titus, son fils, et de Kephren, celui de son compagnon Enak disparu, il découvrira qu’un ennemi terrible a fait son nid dans les entrailles mêmes de Rome. »

Alléchant, n’empêche !

A l’ouverture du livre, premier bon point : il sent bon !!! (ben oui, tu sais, cette merveilleuse odeur de papier, de livre neuf… J’adore…)

Et de suite, on est plongé dans l’ambiance cinématographique de cet ouvrage. Les cases sont de différentes tailles, la mise en scène soignée, les couleurs (à l’aquarelle ?) léchées. Le dessin est adulte, détaillé. Les visages sont réalistes, notamment celui d’Alix vieux qu’on reconnait vraiment.

IMG_4519[1]

On a l’impression que ce sont ceux d’acteurs qu’on a déjà vu (notamment celui de l’Egyptien dresseur de faucons).

IMG_4523[1]

Quant aux plans de Rome, ils sont somptueux, très lumineux. On se croit vraiment sous le soleil d’Italie, on sentirait presque une légère brise tiède venant de la Méditerranée.

A gauche, l'original, à droite, la nouvelle version
A gauche, l’original, à droite, la nouvelle version

Donc, j’étais conquise de ce côté-là.

Concernant l’histoire, par contre, ça se gâte un peu. D’entrée, j’ai été un peu perdue par la narration. J’ai dû relire les 5 premières pages plusieurs fois pour tout saisir.

D’autant plus que certains personnages « imaginaires » portent le nom de vrais personnes célèbres de l’Antiquité, et que ça m’a un peu perturbée (oui, il m’en faut peu !). Genre Agrippa, le gendre d’Auguste, qui n’est pas le Agrippa qu’on connait, quoi. Cela étant, ils sont très crédibles, les poses, les expressions des visages, les dialogues sont parfaits, comme pour la scène de la fête dans la villa de Claudia Pulchra (pas loin de l’orgie…)

IMG_4522[1]

En ce qui concerne le scénario, par contre, il est vraiment cousu de fil blanc. Là où je pensais trouver une intrigue adulte, à hauteur des images, j’ai trouvé une intrigue pour ado de 14 ans. D’ailleurs, ce sont surtout Titus et Kephren les véritables héros de l’histoire, et non Alix lui-même.

Cela étant, l’ensemble reste fort plaisant et se lit vite, le tout pour 20 mn agréables !

Ma note (demandée par Price Minister) : 14/20

« Alix Senator T.1 : Les Aigles de Sang »

J. MARTIN, V. MANGIN, Th. DEMAREZ

Casterman

12.95€

(à paraître : T.2 : Le Dernier Pharaon)

PS : dans la Mare principale aujourd’hui : une belle et bonne recette de gâteau nid de Pâques !

Publicités

Je t'en prie, donne ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s