Publié dans Polars / suspense

« L’Oiseau de mauvais augure » de Camilla Läckberg

J’adore cette auteure, comme je te le disais l’autre fois.

Je m’étais régalée avec le premier roman policier où apparait l’héroïne Erica Falck, « La princesse des glaces ».

Donc quand j’ai eu l’occasion de lire « L’oiseau de mauvais augure » grâce à un groupe de livres voyageurs, j’ai pas hésité, même s’il est le 4ème de la série, et qu’il me manque les tomes 2 et 3, à savoir « Le prédicateur » et « Le tailleur de pierre ».

J’avais tout de même un peu peur d’être perdue… Mais en fait, non, tout s’est bien passé. L’intrigue policière principale est indépendante et ne souffre pas de la non-lecture des livres précédents.

Quant à la vie d’Erica, l’auteure parvient à nous faire raccrocher les wagons avec talent en insérant ici et là de petits résumés qui trouvent parfaitement leur place dans l’intrigue.

J’ai donc pu me régaler à fond !

Mais au fait, de quoi donc ça cause, hein ? Hop, 4ème de couv’ !

« L’inspecteur Patrik Hedström est sur les dents. Il voudrait participer davantage aux préparatifs de son mariage avec Erica Falck, mais il n’a pas une minute à lui. La ville de Tanumshede s’apprête en effet à accueillir une émission de téléréalité et ses participants avides de célébrité, aussi tout le commissariat est mobilisé pour éviter les débordements de ces jeunes incontrôlables. Hanna Kruse, la nouvelle recrue, ne sera pas de trop. D’autant qu’une femme vient d’être retrouvée morte au volant de sa voiture, avec une alcoolémie hors du commun. La scène du carnage rappelle à Patrik un accident similaire intervenu des années auparavant. Tragique redite d’un fait divers banal ou macabre mise en scène ? Un sombre pressentiment s’empare d’ l’inspecteur. Très vite, alors que tout le pays a les yeux braqués sur la petite ville, la situation s’emballe. L’émission de téléréalité dérape. Les cadavres se multiplient. Un sinistre schéma émerge…

Dans ce quatrième volet des avantures d’Erica Falck, Camilla Läckberg tisse avec brio l’écheveau d’une intrigue palpitante. Cueilli par un dénouement saisissant, le lecteur en redemande. »

Dès le début, on entre de plain pied dans les intrigues.

Car en fait, si on regarde bien, il y en a quatre :

  1. la vie privée d’Ericka, les préparatifs de son mariage avec Patrick (le policier), la vie de sa soeur qui a vécu un sacré drame, a priori ;
  2. l’enquête sur la mort suspecte d’une habitante de la ville dans un accident de voiture ;
  3. les intrigues viles et veules se nouant entre les participants de l’émission de téléréalité se passant en ville ;
  4. et celle de deux enfants séquestrés, que l’auteure nous distille peu à peu en italique et en introduction de chaque chapitre.

Chapitres dont la construction, alternant de courts passages sur les différentes histoires, m’a tout d’abord un peu déroutée. Puis j’ai adhéré à fond, dans la mesure ou ça accélère ou ralentit le rythme au besoin, et ou ça ménage énormément le suspense !

Le roman se lit donc très vite, d’autant plus que c’est extrèmement bien écrit. Pas de longues descriptions inutiles et chiantes, mais des petites touches ici et là faisant qu’on se représente très bien les choses (perso, j’ai plus de facilités à entendre les voix des personnages qu’à voir leurs tronches).

Les gens sont normaux, ont une vie nomale, ce que j’apprécie dans un roman policier, car c’est dans la rupture de ce train-train quotidien que réside toute l’horreur d’un meurtre (ce qui me fait détester ceux de Fred Vargas, par exemple)

Quant à l’intrigue, je ne suis pas d’accord avec les derniers mots de la 4ème de couverture, à savoir « Cueilli par un dénouement saisissant, le lecteur en redemande. »

Au contraire, j’avais compris le noeud de l’intrigue dès le premier tiers du livre, et deviné qui était coupable dès le deuxième tiers. L’auteure nous conduit de manière très astucieuse vers le dénouement. Du coup, on attend avec encore plus d’impatience les rebondissements, car on sait qui, mais pas quand, pourquoi ni comment !

J’adore les romans policiers où on peut savoir, où on a l’impression de faire partie de l’équipe d’enquêteurs. Comme j’aime les Colombo, où on sait tout dès le début, mais où on se délecte de voir l’inspecteur tout démonter point par point. C’est une des raisons qui font que j’adore regarder/lire encore et encore les Hercule Poirot, pour bien saisir chaque détail et voir comment il s’insère dans la solution.

Bref, j’ai été conquise par ce livre, et n’ai qu’une hâte : que les tomes 2 et 3 sortent ENFIN en poche que je puisse me les acheter !!! (oui, j’aime les Poche, leur prix, leur format…)

Car les tous derniers mots de la 4ème de couverture sont, eux, parfaitement exacts : « le lecteur en redemande » !!!

Publicités

4 commentaires sur « « L’Oiseau de mauvais augure » de Camilla Läckberg »

  1. J’adore les couvertures de cette collection ( oui superficialité quand tu nous tiens ^^ ) ! Je trouve que c’est délectable moi aussi, de penser faire partie de l’équipe d’enquêteurs, de comprendre comment on déjoue les pièges des affreux méchants pas beaux et se dire qu’on a tout compris !

    1. Arrête, c’est hyper important, la couverture ! Plus d’une fois j’ai hésité entre 2 et c’est la plus jolie qui l’a emportée ! D’un autre côté, je suis peut-être passée à côté de chef d’oeuvre à la couverture moche ^^

  2. pas bien de ne pas lire dans l’ordre, vilaine, même si les enquêtes sont indépendantes.
    l’évolution des personnages n’est peut-être pas aussi significative chez Läckberg que chez Nesbo ou Staalesen, mais il te manque quand-même quelques clés
    donc je répète: t’es une vilaine

    1. Oui, je sais, mais tu les aimes, les vilaines, non ?
      Tu m’avais déjà dit pareil pour Mo Hayder, je t’ai obéi. Mais là, y’a pas de poches, et les gros formats j’aime pas et en plus ils sont trop chers. Tout le monde n’a pas une bibli entière à sa disposition !!! 😉

Je t'en prie, donne ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s